L’amour de la patrie

L’amour de la patrie est une chose splendide. Mais pourquoi l’amour devrait-il s’arrêter à la frontière?

L’amour est puissant et parfois mal compris. Plus qu’une simple émotion, il affecte non seulement la façon dont une personne se sent et les décisions, les choix et les actions qu’elle entreprend, mais aussi sa capacité à fonctionner efficacement.

La personne qui aime son pays est loyale, dévouée et désireuse de le protéger. Mais l’amour peut aller au-delà de la frontière d’un pays.

Une personne qui développe l’habileté à aimer au-delà de ce à quoi elle est fidèle, est dynamisée par cette émotion.  L’amour ouvre un tout nouveau monde.  Il transcende la peur de l’inconnu.

La haine, qui est enracinée dans la peur, et d’autres états négatifs, limite notre capacité à fonctionner efficacement. Elle nous contraint à l’extérieur.

L’amour est la réponse à la plupart des problèmes du monde aujourd’hui. Personne ne vient dans ce monde avec la haine au coeur. Nous pouvons être fiers de notre héritage et aimer notre pays. Mais cet amour ne doit pas s’arrêter à la frontière.

La confiance en soi

LA CONFIANCE EN SOI NE S’ACQUIÈRE PAS EN AYANT TOUJOURS RAISON, MAIS EN N’AYANT PAS PEUR DES SES ERREURS.

Dès l’enfance, nous apprenons que se tromper est une mauvaise chose. Nos tests et devoirs sont marqués à l’encre rouge.  Cela peut miner la confiance d’un jeune et se poursuivre jusqu’à l’âge adulte.

En entrant dans le monde du travail, notre confiance en souffre encore plus, car les erreurs et les échecs sont ridiculisés. Vous faites trop d’erreurs, vous pourriez perdre votre travail.

Tout est un processus d’apprentissage. Les gens qui apprennent de leurs erreurs construisent la confiance en eux-mêmes. Ils savent qu’ils ne vont pas avoir raison tout le temps, qu’ils vont faire des erreurs.

Chaque succès est précédé d’échecs. Lorsque nous exposons nos connaissances au monde, lorsque nous démontrons ce que nous savons, il y a des chances que nous ayons parfois tort. Et c’est OK, tant que nous apprenons de nos erreurs et acceptons d’être corrigés par quelqu’un d’autre.

Être corrigé et accepter les nouvelles connaissances est une bonne chose, cela aide notre croissance et notre développement.

Alors n’ayez pas peur de parler. Vous n’avez pas à craindre d’être jugé.

Ce dont le monde a besoin, ce sont des personnes confiantes qui n’ont pas peur de se tromper et qui sont assez courageuses pour admettre qu’elles ont tort.

Comment pouvez-vous être plus confiant? Vous pouvez toujours commencer par apprendre de nouvelles idées et défier les anciennes croyances. C’est une excellente façon de commencer. Dites-vous … Je suis confiant!

Les gens peuvent douter de ce que vous dites, mais ils croiront ce que vous faites.

Les gens peuvent douter de ce que vous dites, mais ils vont croire ce que vous faites.

C’est un classique. L’essence de cette citation a été exprimée sous plusieurs formes au cours des années. Celle dont je me souviens le mieux est: « Ce que vous faites parle si fort, je ne peux pas entendre ce que vous dites ». L’argument, cependant, est toujours resté le même et est très clair : dites ce que vous voulez, mais c’est ce que vous faites réellement dans la vie qui compte.

Il s’agit de faire partie d’une petite minorité qui fait ce qu’elle dit qu’elle va faire. Agir davantage ou promettre moins, dans les deux cas il s’agit de le faire, tout simplement. Les paroles n’ont pas de valeur, après tout.

Il est important de comprendre que nous ne disons pas d’arrêter de parler de ce que vous allez faire. Cela en soi peut être très motivant. Vous n’avez pas besoin de baisser le volume, mais de reprendre votre conversation avec l’action appropriée. Trouvez un équilibre entre ce que vous dites et ce que vous êtes capable de faire.

Les gens vont toujours regarder ce que vous faites. Si vous dites que vous allez le faire, préparez votre plan d’action et commencez à travailler immédiatement.

Gratin de chou-fleur et pepperoni style pizza

Gratin chou-fleur et pepperoni style pizza

Ingrédients
Pour la purée
  • 1 chou-fleur de taille moyenne
  • 2 cuillères à soupe de crème 35 %
  • 1 cuillère à soupe de beurre
  • 8 tranches de pepperoni
  • ¼ tasse de fromage mozzarella râpé
  • sel et poivre au goût
Pour le plat au four :
  • 12 tranches de pepperoni
  • ½ tasse de fromage mozzarella râpé
Préparation
Pour la purée
  1. Nettoyer le chou-fleur et le couper en morceaux de taille moyenne. Déposer dans un bol allant au micro-ondes avec 2 c. à soupe de crème et 1 c. à soupe de beurre. Cuire au micro-ondes, à découvert, à haute intensité pour 10 minutes. Bien mélanger pour couvrir le chou-fleur de la préparation de crème et de beurre. Poursuivre la cuisson au micro-ondes pendant six minutes à haute intensité (ou jusqu’à ce que le chou-fleur soit tendre). Retirer du micro-ondes et passer au robot culinaire ou au mélangeur à haute vitesse avec 8 tranches de pepperoni et ¼ tasse de fromage mozzarella. Réduire en purée jusqu’à consistance lisse. Assaisonnez au goût. Ajustez la quantité de crème et de beurre au goût jusqu’à obtention de la consistance voulue.
Pour le plat au four
  1. Étendre la purée de chou-fleur dans un plat carré allant au four. Couvrir de ½ tasse de fromage mozzarella et ajouter une couche de pepperoni. Cuire au four à 375 F pendant environ 20 minutes. Vous pouvez également cuire au micro-ondes pendant 5 minutes. Servir chaud.

Recette originale